DE LA FLÛTE AU NOISE

La troisième série de tête-tête a eu lieu aujourd’hui et a été une très bonne occasion de se rappeler à quel point la musique contemporaine est riche d’influences variées : du compositeur Zachary Sheets – qui est aussi flûtiste solo au Cape Symphony – au compositeur Stefan Maier qui vient des scènes harsh noise et de l’improvisation électronique, la conversation a mené les auditeurs d’une extrême des pratiques musicales à l’autre, en passant par la relation physique que ces deux compositeurs entretiennent avec le son. Étant tous les deux musiciens professionnels, ils partagent l’expérience d’une pratique musicale quotidienne faite de l’expérience et de la fabrication du son.
Pour Zachary Sheets, la pratique de la flûte informe le processus créatif, le nourrit dans le quotidien. Le temps qu’il passe à polir les résonances et les sons purs de son instrument lui permet de tisser une relation toujours plus profonde avec les instruments et leur réalité.
Le compositeur Stefan Maier quant à lui conçoit le son comme entité vivante de laquelle il capte les vibrations spécifiques pour les accentuer. L’improvisation au synthétiseur modulaire et la pratique du deep listening nourrissent ce créateur des extrêmes qui ne se soucie pas de savoir si un son correspond à la catégorie ‘technique étendue’ ou ‘son pur’. Stefan Maier cherche la qualité latente du son, qu’il révèle à l’intérieur de sa musique située dans l’espace existant entre la composition et l’improvisation. Composer relève de trouver la stratégie par laquelle les morphologies et dynamismes sonores auront suffisamment de place pour briller de leur plein potentiel.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *